Jouets en voie de disparition: une expérience

Nous avons eu cette idée folle le 31 décembre. Le 31! date à laquelle tout est possible grâce à la nouvelle année porteuse de promesses étourdissantes qu’on peut entrevoir. L’idée de retirer presque tous les jouets de nos enfants pendant un mois s’est imposée à nous. Voici le résultat de l’expérience que nous avons nommée “ jouets en voie de disparition”

L’origine

Tout a commencé par une écoeurantite aiguë d’avoir à marcher dans notre propre maison comme dans un champ de mines en plus d’avoir à tout ramasser nous-même à la fin de la journée et l’impression de ne plus vivre dans une maison pour adulte. Papa Ninja a fait 1+1 et a décrété que :

– Les enfants ont trop de jouets.
– Oups, mauvais timing! Tu me sors ça là juste après noël? Mais nous venons tout juste d’enrichir la collection ludique de nos petits ninjas.
– Ben justement, c’est le moment parfait pour faire le grand ménage. (Il a une tendance très minimaliste).

Et comme Papa Ninja a souvent de bonnes idées, je me suis laissée convaincre. Même que ça m’a rappeler un article (le lien à été mis à la fin de l’article) que j’avais lu l’année dernière à propos d’une garderie qui avait retiré TOUS les jouets des enfants pour une période de 3 mois.

J’entendais déjà mon entourage me dire que nous allions rapidement le regretter, que c’était irréaliste et que nos enfants n’allaient pas avoir toute la stimulation nécessaire. Surtout pour Miss Ninja qui, depuis, sa naissance à besoin qu’on la stimule et plusieurs jeux ont été achetés dans ce but. Déjà que certains nous trouvaient minimalistes dans nos choix de jouets. Mais que voulez-vous, ça ne nous a jamais attiré d’avoir des dizaines et des dizaines de jouets de plastique qui font plus souvent qu’autrement de la lumière et du bruits. Nous étions déjà convaincus que ce genre de jouets divertit peut-être les enfants, mais ne développe pas tellement leur aptitude à jouer. Nous privilégions les jouets en bois, simples et qui durent dans le temps. C’est sûr qu’il y a des exceptions comme les mégablocs, mais il est difficile, voire impossible, de trouver l’équivalent dans un matériau naturel et avouons-le, c’est durable en titi c’est affaires-là.

Bref, nous nous disons que ça valait la peine d’essayer (tsé, quand le jouet préférée de ton mini c’est une vieille télécommande et que ta grande cuisine des sandwich invisible de toute façon) et que si nous voyions des effets négatifs sur le développement des enfants et bien on aurait qu’à ressortir les jouets cachés. Non, on ne les avait pas donné! Moi, je trouvais que nous n’aurions pas à en retirer beaucoup des jouets puisque ceux-ci étaient déjà peu abondants, surtout comparé à d’autres familles de mon entourage. Oh là, que j’ai été surprise quand j’ai vu tous les jouets du salon étalés sur le tapis de jeu.

Ailleurs

Quand nous avons décidé de faire cette expérience, nous voulions savoir si d’autres avant nous l’avait fait à la maison. J’ai trouvé… deux famille! Il y avait un bon nombre d’articles sur les bienfaits de réduire les jouets et certaines expériences, mais sans préciser jusqu’à quel point ils réduisaient. On peut facilement imaginer qu’une famille réduise de moitié les jouets de leurs enfants et qu’il en reste tout de même plus d’une vingtaine. Cela m’a amenée à réfléchir sur notre relation aux jouets. Ils sont, apparemment, plus indispensables les uns que les autres. Et plus ils sont éducatifs, plus les parents ne peuvent résister. Serait-ce le plus gros complot du siècle? Il semble donc logique que personne n’ose s’attaquer à ce phénomène. Mais j’ai bien l’impression qu’il le faudra bientôt. Juste d’un point de vue écologique. La grande majorité des jouets en magasin sont en plastique (90%) et la plupart rejoignent le dépotoir à la fin de leur vie utile selon un excellent article en anglais sur CBC. Il est grand temps de réduire à la source et de revoir nos habitudes de consommation jusque dans les choix de divertissement pour nos enfants.

Avez-vous remarqué? C’est principalement des articles en anglais. Effectivement, le phénomène semble assez peu connu au Québec. Pourtant, nos petits québécois bénéficieraient tout autant d’un environnement de jeu pour simple. Allons jeter un coup d’oeil aux avantages.

Bénéfices supposés

Voici donc une liste impressionnante d’avantages pour moins de jouets:

• Favorise la créativité
• Développe la concentration
• Developpe de meilleures aptitudes sociales chez les enfants
• Favorise le partage
• Moins de chicane
• Développeme la persévérance et la débrouillardise
• Les enfants bougent plus
• Ils apprennent à prendre soin de leurs choses
• Ils jouent plus à l’extérieur
• Consommation plus responsable, produit moins de déchets
• Moins d’achats impulsifs ou faits sous la pression sociale
• Une maison en ordre

Critères de sélection de jouets

La questions était maintenant de savoir quels jouets nous voulions garder -parce que nous n’étions pas près à retirer tout les jouets comme l’autre famille l’avait fait. Nous avons donc établis certains critères.

1. La sécurité
On a beau avoir de grands idéaux, la sécurité devrait toujours être la première chose à considérer. Avec un bébé dans la maison, il n’était pas question de faire un gigantesque ménage dans les jouets et de laisser quelque chose qui pourrait être dangereux. Tous les jouets sont à sa disposition et absolument sécuritaires.

2. L’aspect évolutif
C’est là que cela devient intéressant. Nos petits ninja ont 3 ans de différence et en diminuant la quantité de jouets nous trouvions cela important que les deux puissent jouer avec ce qui reste. D’une part, cela évite beaucoup de frustration, car on a pas à retirer un jouet à l’un parce que c’est à son frère ou à sa soeur. Et d’autre part, cela nous assure que les jouets dureront dans le temps. Donc, pas besoin de renouveler aux 6 mois. Tout le monde le dit, les jouets qui sont évolutifs sont en général ceux qui favorisent la créativité.

3. Le potentiel créatif
En parlant de créativité! Les enfants sont des créatures naturellement créatives. Il est dans nos valeurs de penser qu’il faille préserver cet aspect. Ils auront bien assez tôt des règles et des procédures à suivre à l’école, alors pourquoi leur imposer des jouets qui doivent être utilisés d’une seule façon? Le truc, c’est de mettre à leur disposition des jouets qui se complètementent aussi : petites rondelles de bois, blocs, grands foulards, ballons, etc. De cette façon, Miss a sous la mains tous les ingrédients qu’elle désire pour fait ses recettes et bébé est exposé à une multitude de stimuli. Nous avons également laissé la boîte de bricolage qui contient crayons, papiers, peinture, ciseau, colle et pâte à modeler.

4. Les matériaux
Nous l’avons déjà dit plus haut, nous ne sommes nullement attirés vers les jouets en plastique, surtout ceux avec sons et lumières. De manière générale, nous essayons de réduire notre consommation de plastique pour des raisons environnementales, donc c’est la suite logique que d’éviter des jouets. Nous nous sommes rendus compte que nous nous sentons plus à l’aise devant des jouets en bois et en tissus. C’est un sentiment difficile à expliquer, mais c’est un peu comme l’impression qu’on a lorsqu’on revient à la maison après une longue absence. Peut-être est-ce dû à notre inquiétude concernant les toxines. Et si certains jouets en plastique sont durables comme les légos, ce n’est certainement pas la norme, surtout lorsque sons et lumières sont impliqués.

5. L’attachement
Ce dernier point est particulièrement intéressant. Certains jouets comme un petit camion de recyclage répondait bien aux quatre premiers critères, mais après quelques jours il a bien fallu se rendre à l’évidence, personne ne jouait avec. La télécommande par ailleurs est en plastique (au moins c’est de la revalorisation) et il n’y a que bébé qui l’utilise. Mais, comme ça a été réellement un coup de cœur pour lui (son plus beau cadeau de noël, maman avait vu juste 😉) et bien on ne pouvait pas s’en débarrasser.

Voici donc ce que nous avons retiré:

Et ce que nous avons gardé:

À noter que les jeux de société en bas de la photos ne sont pas à leur disposition, mais utilisés avec Miss seulement lors de périodes de stimulation ou de moments privilégiées avec un adultes.

Résultats

Évidemment, les enfants n’ont pas arrêter de jouer. Non seulement ils ont joué avec ce qu’on leur a laissé bien plus qu’auparavant, mais ils utilisent bien d’autres objets de la vie de tous les jours. Cette citation d’enfance positive l’exprime très bien:

Jouer « avec rien » ne signifie donc pas ne rien avoir pour jouer!
Jouer « avec rien », c’est jouer avec des objets qui ne sont pas considérés comme des jouets.

Victoiria Noiset

Ainsi, la lavette à vaisselle -neuve, ne vous inquiétez pas- est devenue un de leur « jouet » préféré.
Mais ce qui frappe en premier c’est de constater que les enfants bougent plus. Oui, ils doivent aller d’une pièce à l’autre pour chercher ce dont ils ont besoin pour leur jeux, mais les jeux eux-mêmes ont évolué. Plus de jeux symboliques, plus de soccer, plus de trampoline, plus de danse. Heille, c’est l’hiver et ma fille bouge plus, quoi demander de plus?

Elle bouge plus, mais elle joue aussi différemment. Elle redécouvre le plaisir de dessiner et d’utiliser le matériel d’art. Je disais un peu plus haut que moins de jouets développait la créativité, car ils ont à se débrouiller avec peu, mais cela leur donne aussi plus d’occasion d’utiliser divers medium. Qui dit plusieurs medium dit plus de stimulation aussi. Et j’ai remarqué que dessiner, faire de la pâte à modeler ou utiliser des autocollants -bref, des activités artistiques- développe non seulement sa créativité, mais surtout sa concentration. C’est merveilleux de la voir se poser et s’appliquer pour 10 minutes.

Il semble que la disparition des jouets ait affecté plus les amis de passage. Je vous raconte une anecdote qui s’est passé peu de temps après que la majorité des jouets ait disparu. Notre fille reçoit une amie pour la journée. Comme c’est une habituée de la maison, dès son arrivée, elle demande à notre fille si elle veut jouer à la cuisine avec elle. Sachant que tous les aliments jouets avec lesquels elle est habituée de jouer ont disparu, je suis curieuse de voir sa réaction. Cela n’a pas été long qu’elle a demandé où ils étaient. Voici comment cela s’est passé :
-Annie, où sont les gâteaux?
-Nous les avons enlevés.
-Mais j’en ai de besoin!
-Tu peux prendre autre chose.
-Où sont les légumes alors?
-Avec les gâteaux. Il y a des blocs et des rondelles que tu peux utiliser peut-être.

Et 1 minutes plus tard :
-Annie, où est la vaisselle?
-Avec les gâteaux et les légumes.
-Mais j’en ai de besoin!
-Débrouille-toi, comme avec les gâteaux.

Et elle revient me voir toute fière avec un couvercle rond de boite cadeau qui contenait des rondelles de bois en guise de beaux petits biscuits. Je lui ai dit que j’étais très fière qu’elle ait su utiliser sa créativité pour jouer au lieu de se décourager.

Vous aurez deviné qu’un des résultats positifs est bien entendu la facilité de tout ramasser à la fin d’une journée. C’est même plus facile pour les enfants, car souvent cela représente qu’une seule tâche ou deux.

Conclusion

Cette expérience confirme que les objets du quotidien ont un grand potentiel ludique et cela renforce notre conviction à offrir un nombre limité de jouets à nos apprentis ninjas. Même que lors du bilan avec Papa Ninja, nous nous disions que nous pourrions sûrement réduire encore plus. Les enfants n’ayant pas jouer avec les voitures et certaines balles, nous les élèveront. Nous allons également ne laisser que le bateau de bois pour l’heure du bain.

Dans un autre ordre d’idée, cela m’a fait prendre conscience à quel point nous faisons des choix de consommation sans réfléchir, selon les diktats de la société, surtout en ce qui concerne nos enfants. Encore cette semaine, je me suis surprise à vouloir acheté tel et tel jouets pour mes amours. C’est décidément une habitude bien ancrée chez moi, malgré que je crois fermement à la simplicité. Heureusement, j’ai su me maîtriser et j’opte maintenant pour des interactions de qualité afin de montrer mon amour à mes enfants.

Rétroliens

Articles qui m’ont inspirée
https://www.theatlantic.com/education/archive/2017/03/the-toy-free-kindergarten/520905/

https://www.daycare.com/forum/showthread.php?t=23932

Expérience des familles

Un enfant sans jouet sur enfance positive

Le défi sans jouet-le bilan d’Héloïse Weiner et co.

Sources

http://www.canalvie.com/famille/education-et-comportement/articles-education-et-comportement/ces-enfants-qui-grandissent-sans-jouets-1.1437408

https://www.becomingminimalist.com/why-fewer-toys-will-actually-benefit-your-kids

article sur CBC wasted-greening-the-plastics-heavy-toy-industry

https://www.google.com/amp/s/m.huffpost.com/us/entry/us_58ffa383e4b0f5463a1a9472/amp

https://enfance-positive.com/jeu-enfant

Please follow and like us:

2 thoughts on “Jouets en voie de disparition: une expérience”

  1. ” moins de jouets développait la créativité, car ils ont à se débrouiller avec peu”

    Cela me paraît en effet une bonne idée!
    Cela devrait même leur permettre de devenir plus actif, les pousser plus à l’action plutôt que de se contenter de choses toutes faites auxquelles ils n’ont pas participé à l’élaboration.

    Le blog qui parle de tout avec la vision blacksheep de celui ou celle qui ne veut pas suivre bêtement le troupeau https://theblacksheepleblog.blogspot.com/

    1. Maman Ninja

      Effectivement, en à peine un mois, notre fille est devenue plus active et a inventé de nouveaux jeux.

Leave a Reply to Blacksheep Cancel Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *